La Communication Non Violente

La Communication Non Violente - encore appelée CNV - a été élaborée par M.Rosenberg, un psychologue élève de C.Rogers, lui même fondateur de l'Approche Centrée sur la Personne. Il s’agit avant tout d’un mode de dialogue fondé sur l’empathie, l’authenticité, la liberté et l’égalité, à l’opposé du mode de langage que la plus part d’entre nous avons appris à travers nos conditionnements - un mode de langage basé davantage sur le jugement, la domination, la soumission... Par l’expression et l’écoute, il favorise l’élan du cœur et nous relie à nous-mêmes et aux autres, laissant libre cours à notre bienveillance naturelle. Par l’observation des faits, des ressentis, des sentiments, il consiste à écouter nos besoins les plus profonds ainsi que ceux des autres.​

La CNV s’articule autours de quatre composantes fondamentales : l’observation des faits, les sentiments, les besoins et les demandes. Il s’agit de s’interroger soi-même par auto-empathie  sur ces quatre composantes et de recevoir en retour ces quatre composantes de la part de nos interlocuteurs. Cette démarche peut être appliquée sans une parole, car son principe même repose davantage sur la prise de conscience des quatre éléments que sur leur verbalisation.

Une première étape importante consiste à séparer les observations des évaluations (jugements, interprétations…). Il convient également de distinguer les sentiments des impressions - ces faux sentiments qui résultent de nos pensées. Les besoins ne sont ni désirs, ni envies, ni stratégies. Ils sont naturels et propres à chaque personne. Enfin, les demandes sont concrètes, réalistes, positives et négociables. En aucun cas, elles ne sont des exigences. Car si tous nos besoins sont justes en eux-mêmes, ils ne peuvent tous être satisfaits. Ils impliquent des compromis acceptables pour chacun. Nos besoins ont plus besoin d’être reconnus que satisfaits.​

La CNV permet de communiquer avec authenticité et bienveillance. Elle permet d’écouter avec empathie les différentes parties de soi et les différentes parties de l’autre, accepter un refus avec empathie, répondre « non » avec respect et ouverture, se libérer de ses peurs, exprimer pleinement sa colère sans tomber dans l'agressivité ou la violence, réduire son sentiment de culpabilité en traduisant « je dois... » par « je choisis de... », sortir de la vision binaire « ceci ou cela » en imaginant d'autres possibles, dépasser ses croyances limitantes, atténuer des conflits intérieurs entre différentes parties de soi…

 

La CNV nous donne des clés pour descendre plus profondément en nous-même et découvrir ce qui est vivant et vital en nous... Marshall Rosenberg 

 

Bretagne ete 2010 285